Que s’est-il passé à Aspet ?

Du mardi 9 octobre au lundi 15 octobre 2018 les parents d’élèves et les enseignant du collège Armand Latour ont lutté pour ne pas perdre des moyens essentiels à leur fonctionnement. Voici un petit résumé de cette lutte.

La grève puis le blocage du collège Armand Latour à Aspet ont été d’abord préparés une semaine avant : heure d’information syndicale, message aux parents transmis aux élèves, réunion avec les parents.

Le mardi 6 octobre, tous les enseignants sauf un étaient en grève ainsi qu’une partie de la vie scolaire.

Les revendications étaient : l’ouverture d’une troisième classe de 5ème, et le rétablissement de 10,5 heures pour un AED (vie scolaire). La première journée a été une occupation devant le collège (banderoles, tentes et barnum), un défilé jusqu’au rond point le plus proche :

 

 

…et la participation à la manifestation de St Gaudens. Occupation jusqu’à plus de 20h , les parents étant accueillis ensuite pour s’informer.

 

Mercredi 7 octobre, contacts avec le rectorat : téléphone puis rendez vous donné l’après midi même. Délégation reçue : 2 parents, 2 enseignants, la Principale et le C.P.E. Il n’y a rien à espérer (pas de moyens disponibles…) mais une réponse écrite nous est promise pour vendredi…

Le blocage continue donc… et se durcit le jeudi 8 octobre (cadenas posés à toutes les entrées, plus personne ne peut entrer ). 2ème réunion avec les parents pour pouvoir mobiliser plus encore pour le lendemain.

 

Le vendredi 9 octobre, les élus sont là (maires des communes, le député) ainsi que la télévision (Tf1 et France 3, reportages passés le jour même dans les journaux de la mi-journée. La réponse du rectorat arrive : on n’aura rien, pour des « raisons d’équité » (réponse quasi imprimée dans la Dépêche du matin…). Une 3ème réunion a lieu avec les parents, on décide de poursuivre le blocage.

 

« Dénouement » le lundi 15 octobre : les 10,5h d’AED sont restitués. Le blocage est levé et , un peu plus tard, un nouveau préfabriqué est promis.

 

Bilan : les parents et les enseignants mobilisés, une médiatisation importante (France Bleue, la Dépêche, la Gazette du Comminges…Tf1, France 3 régions…)

 

Mais, à ce jour, même si des visites de nos locaux par des personnes du Conseil départemental deviennent plus fréquentes, le préfabriqué ne peut être installé car la zone est inondable…

Les 2 classes de 6èmes sont restées à 30 (pardon : suite à un déménagement, 1 classe tombe à 29…). Le rectorat nous promet l’ouverture d’une 3ème cinquième pour la rentrée prochaine…mais si on a bien 60 élèves inscrits…

 

Malgré des contacts sans cesse pris avec les collègues des collèges voisins, Aspet est resté seule dans le mouvement .

 

Aujourd’hui donc, même des parents mobilisés ne font plus « peur » s’il s’agit d’un seul collège…la médiatisation ne suffit plus…

 

C’est pourquoi il est important de faire vivre de manière concrète le collectif Education Comminges « on n’est pas des sardines » .

 

Après Aspet, c’est le collège de Loures Barousse qui se bat en ce moment (65 élèves pour 3 classes prévues en 5èmes l’an prochain, par exemple ). Les enseignants ont été 100% en grève le mardi 5 février et une réunion avec les parents d’élèves a eu lieu le soir même.

 

Il faut « casser » le vieux système de négociation avec le rectorat (qui n’a que les moyens donnés par le ministère) : des rendez-vous un mercredi après-midi , délégation par délégation…établissement par établissement…Les moyens éventuels obtenus ainsi sont toujours provisoires.

On doit exiger plus : les moyens nécessaires pour enseigner correctement partout dans le Comminges.

Nous y sommes allés pour Aspet, au rectorat, pour la première et la dernière fois.

Un enseignant du collège Armand Latour d’Aspet

Ressource en ligne: la pétition